Les métiers d'autrefois
 

Arpenteur : C'est l'ancêtre du géomètre. En 1901 le guide Ravet & Anceau nous indique A.BERA, arpenteur à Haspres.

Adrien Joly, arpenteur à Haspres
 
 
Adrien Joly, arpenteur à Haspres.
 
 

Aubergiste: Personne qui fournit un logis et à manger aux voyageurs. Haspres a de tout temps compté de nombreuses auberges, sitons les enseignes les plus connues : l'auberge du boeuf, l'auberge du canard, etc...

Bailli : Ancien magistrat qui rendait la justice. On trouve à Haspres par exemple Marc Carpentier, bailli de la prévôté vers 1690.

Barbier : Les barbiers et les chirurgiens sont considérés jusqu'en 1714 comme faisant partie de la même profession ! Contrairement aux médecins qui étudient leur art, les chirurgiens-barbiers sont des artisans qui n'ont pas suivi d'études et qui ne font que manier le rasoir. Ils ont pour fonction de raser, saigner, purger et soigner les petits maux quotidiens.

Entreprise Tonnoir

Batteur en grange : Personne qui bat les épis.

Blanchisseuse : Autrefois les lavandières battaient leur linge à la fontaine. Le blanchissage du linge est une activité de grand battage, mais aussi de commérages.

Blattier : Marchand de blé.

Boucher : Le métier de boucher compte au nombre des professions les plus anciennes. Il est généralement avec le boulanger, l'artisan le plus respecté du village. En 1901 on compte quatre bouchers : Breucq, Cacheux, Darthois, Gérard.

Boulanger : Le pain occupe une place essentielle dans l'alimentation. Au moyen age, les boulangers sont obligés de cuire au four banal et de payer une redevance au seigneur propriétaire du four. Les boulangers sont également sous l'effet de la vindcite populaire, on les rends responsables de la cherté et de la pénurie de pain dans les périodes troubles. En 1901, on compte à Haspres cinq boulangers : Bailleul, Béra, Cacheux, Denoyelle et Louvion.

Bourrelier : Artisan qui fabrique, vend ou répare les harnais. On appelle également Gorlier ou Gourier celui qui travaille le cuir. En 1901, trois bourreliers sont installés à Haspres : Crocfer, D'Hainaut, Wattiez.

Briqueteur ou "briq'teux": Ouvrier qui emploie la brique dans la construction.

Brouteur de bière : Brouteur pour brouetteur. Ouvrier qui livre la bière aux particuliers.

Brouteux : La toile de batiste commandée aux mulquiniers est livrée au négociant à l'aide d'une brouette. Du coup on appelle ces ouvriers les broutteux. Le poète patoisant Jules Watteeuw, natif de Tourcoing a rendu célèbre ce mot.

Cabaretier : Désigne le tenancier d'un cabaret. C'est à dire le lieu ou l'on sert à boire. Le cabaret est un lieu de rencontre important, c'est un véritable lien social.

Canonniers : Soldat qui tire le canon. A Haspres c'est la confrérie la société la plus ancienne, qui existe encore de nos jours. A l'origine (en 1520) la confrérie des canonniers était chargée de défendre le village des envahisseurs.

Cavier :

Censier : A l'origine le mot "cens" designait celui qui payait au seigneur ou à l'abbaye la redevance périodique, pour les terres louées. Le mot Ferme signifiait sûr et définitif. D'où le nom de Censier et Fermier. Les censiers appartenaient à la strate supérieure de la société de l'époque. On trouve à Haspres par exemple Adrien Bricoult, censier de la cense de Maugré.

Charcutier : Cette profession est différente de celle des bouchers. Les charcutiers obtiennent leur indépendance en 1474. On le définit comme marchand de chairs cuites au pot, viandes fumées, jambons, langues, andouilles, cervelas et boudins. En 1901, Cacheux et Gosse sont charcutiers à Haspres.

Charron : Ouvrier qui fait ou répare les charettes. En 1901, Haspres comptabilise cinq charrons : Cavro, Danquigny, D.Pottier, H.Pottier, JB.Pottier.

Charretier : Personne qui conduit une charette.

Chaufournier : Personne qui exploite un four à chaux. A Haspres il y avait autrefois plusieurs four à chaux (Gillot, Lestoille, Marouzé en 1901), l'emplacement d'un four à chaux s'appele le "caufour".

15H7 - Louis Laurent Chauffournier à Haspres

Chirurgien : On trouve dans les archives, François Diseler exercant les métiers de chirurgien et barbier. Le chirurgien de possède pas de compétence spécifique en médecine, mais pratique de la petite chirurgie.

Clerc clériquant : Personne lettré exercant des fonctions ecclésiastique. Il a la charge de la tenue des registres paroissiaux.

Cocher : Conducteur d'une coche, d'une dilligence, d'une voiture.

Cordier : Artisan qui fabrique ou vend de la corde.

Hector Cossart

Couvreur d'écailles : Ouvrier qui fait ou répare les toits des maisons.

Crottier : Ramasse les excréments de chevaux pour les revendre en guise d'engrais.

Cuvelier :

Dévideur de fil : consite à mettre en écheveau le fil, qui est sur le fuseau ou les bobines d'un métier à filer, à l'aide d'un dévidoir.

Echevin : Ancien magistrat municipal.

Eplucheuse de tulle : Consiste à enlever les bourres (impuretés) des étoffes.

Fabricant d'huile :

Faiseur de bas à l'outil :

Ferblantier : Personne qui fabrique ou qui vend des objets en fer blanc.

Ferronnier : Qui vend des ouvrages en fer.

Feutrier : Qui fabrique des chapeaux.

Fileuse : Personne qui fil le lin à l'aide d'un rouet

Garde champêtre : Personne qui exercait tous les actes de police municipale. Il avait une place importante dans la vie de la commune, car sa mission était de faire la police.

Gorlier : appelé encore gorier, bourrelier qui fabrique des harnais.

Gressier : Qui vend de la graisse, huile, bougies, cires et matières grasses.

Homme de fief : Notaire des cours féodal (témoin des actes). L'homme de fief (terre louée à bail) payait un droit sur les terres du seigneur et lui devait à l'origine le service militaire. On trouve à Haspres Antoine Louis Bricoux, crée homme de fief sur plumes le 12 octobre 1711.

Journalier : Personne qui travail à la journée. Travailleur saisonnier, à faible revenu, employé à des tâches pénibles. Les journaliers pratiquent également la mulquinerie pour augmenter leurs revenus.

Laboureur : Paysan qui posséde des boeufs et chevaux. Les plus pauvres exercent une activité secondaire, généralement la mulquinerie. Les plus riches, dont la culture suffit, constituent avec les meuniers et les maréchaux ferrants la haute strate du village.

Lieutenant : Il est le remplaçant du bailli. C'est lui qui administre la commune.

Maréchal : Artisan dont le métier est de ferrer les chevaux et les animaux de trait.

Maitre de poste : Personne qui tient l'endroit permettant aux dilligences de changer de chevaux et aux voyageurs de se reposer. A Haspres le relais de poste était situé sur la place.

Mandelier : Fabriquant de mannes (vannier).

Manouvrier : Ouvrier agricole non spécialisé, employé par le censier.

Massart : Trésorier chargé de la recette des revenus de la ville. On relève à Haspres Pierre JOLY massart de Haspres.

Mayeur : Correspond à la fonction de maire au moyen age.

Menager : Petit propriétaire qui utilise pour ses travaux le matériel et les bêtes d'un censier. En contrepartie il aide le censier au moment des grands travaux saisonniers.

Mercier : Personne qui vend de menus objets de toilette, de couture.

Meunier : Personne qui dirige un moulin à farine. A Haspres de nombreuses familles se sont succédées au moulin.

Messager : Personne qui porte les paquets, se charge des commissions d'une localité à une autre.

Mulquinier : L'une des plus vieille profession d'Haspres, personne qui tisse les batistes et les linons.

Navetier : Fabrique les navettes utilisées par le tisserand pour porter et faire passer les fils de la trame entre les fils de la chaîne.

Ourdisseur : Personne qui ourdit le fil en phase de préparation de l'opération de tissage. Il range parallèlement, les uns à côté des autres, dans l'ordre qu'ils occuperont dans l'étoffe, tous les fils qui forment la chaîne du tissu.

Passementier : Personne qui fabrique et vend les passements : tissu plat et peu large que l'on fixe comme ornement en bordure d'un vêtement, d'une couverture ou d'une tenture.

Pérruquier : Personne qui fabrique des perruques, coiffeur. Jean Louis BOULE (relevé 1737-an XIV)

Plafonneur : Ouvrier qui fait les plafonds de plâtre.

Porcher : Personne qui garde les porcs.

Portier : Portier de la prévôté.

Portier de la prévôté d'Haspres

Postillon : Homme qui conduit ceux qui voyagent en voiture de poste.

Prévôt : Autrefois titre de divers magistrats et officiers.

Prieur : Dans un monastère, celui qui vient après l'abbé.

Rotier : Ouvrier qui fait des rots (peigne servant à passer la chaîne d'une étoffe pour la fabriquer) à l'usage des tisserands.

Savetier : Racommodeur de soulier.

Sellier : Personne qui fabrique ou vend des selles, des harnais, ect...

Sergent : Espèce de garde champêtre. Autrefois le sergent faisait les sommations et arrestations au nom du prévôt, et plus tard au nom du Roi. Il était nommé par l'abbé de Saint Vaast. En 1755, commission de sergent d'Haspres est donnée à Pierre Mereau par Monseigneur de Briois, la même année, à Antoine Belay.

L'inventaire sommaire des archives de la prévôté, nous apporte quelques renseignements sur le réglement des délits. Le 19 mars 1574 : réception par Philippe, comte de Lalaing, doyen des pairs de Hainaut, sire du pays d'Escornay, baron de Wavrin, sénéchal de Flandre, seigneur de Saint Aubin et lieutenant gouverneur général de Hainaut, du relief, par le nouveau prévôt, d'un fief lige tenu du Roi, consistant dans le tiers des lois et amendes de sang et burine jugées par les échevins de la ville :

Entierement les choses d'ung larron quy d'ailleurs apporteroit en ladicte ville aucunes forfaitures par larchin;
item y at de trois plaids généraulx en l'an;
item en la création de lieutenant et sergeant quy ont pooir de prendre et arrester. Et parmi tant ledit prevost est tenu de faire exécuter à ses despens les exécutions de justice....
item doibt le prévost aux coustz et fraiz d'icelle ville mener et conduire avecq le mayeur de l'église les habitans dudict Haspre touttes et quanteffois qu'ilz vont en ost et armée au service du prince dedens le berme de sa conté, soit pour la defference de sa terre ou pour contester à ceux quy seroyent à luy rebelles,... lequel fief fut acquis par Jean de Layens du consentement du ducq.

Taillandier : Forgeron qui fabrique des faux, des hâches, etc....

Tellier : Personne qui tisse la toile (tisserand).

Tonnelier : Artisan qui fabrique ou répare les tonneaux.

Tordeur d'huile : Personne qui fabrique de l'huile à l'aide d'un moulin tordoir. A Haspres le moulin du tordoir était situé sur le petit bras de la selle au lieu dit "pont du tordoir".

Tourneur de dîme : La dîme correspond à une redevance à l'église du dixième des récoltes. Le dîmeur à la charge de prélever cet impôt.

Trafiqueur :

Valet de charrue (ou varlet) : Personne spécialisée dans le travail de la terre. Il tient une place importante parmi les ouvriers de la ferme. Il était loué à l'année par le censier ou l'exploitant qui possédait une ou plusieurs charrues.

Vannier : Confectionne des paniers, mandes, corbeilles au moyen de fibres végétales entrelacées (osier). Cette activité était autrefois pratiquée aux archelles (Hautes frêtes).

Vitrier : Artisan qui vend, coupe et pose des vitres.

 
Haspres - Genealegrand
© 2015 - Olivier LEGRAND