La mairie d'Haspres
 
La poste


Nous savons qu'autrefois la maison commune était une petite salle sise à proximité au donjon de la prévôté. Malheureusement cet ensemble ancien était très vétuste et menacait de s'effondrer. En 1815 les batiments furent détruit et les matériaux servirent à la construction d'un corps de garde destiné à loger les troupes Russes. La commune se devait de trouver de nouveaux locaux pour l'installation des services administratifs du village.

Au sommaire :

» La mairie en 1814
» La mairie, des allures de petit Kremlin
» Baillis, mayeurs et échevins
» Histoire des maires d'Haspres

La mairie en 1814

En 1814, le conseil municipal vote le projet de construction d'une nouvelle maison commune, dont la disposition est la suivante : "sur la partie gauche d'une pièce d'arrêt, le bucher, le dépôt des archives, dans la partie centrale un vestibule, la salle d'assemblée et enfin sur la partie droite du greffe et du cabinet du maire". Toutefois celle ci ne sera pas reconstruite à l'endroit initial, mais sur un terrain tenant à la rue qui conduit à l'église (à droite de l'actuelle mairie).

La mairie construite en 1814

Un devis des dépenses pour la construction de l'ouvrage est présenté par l'architecte Boulé pour un montant de 4646 francs. L'adjudication est consentie le 19 février 1815 au seul entrepreneur qui se présente : le Sieur Pierre Léonne, maitre maçon de Trith St Léger pour la somme de 4580 francs. Le 11 juin 1817, un devis complémentaire concernant la solidité du batiment est adressé à Monsieur le comte de Rémuzat, préfet du Nord.

 
Ancienne Marie d'Haspres
 

La réception définitive des travaux a lieu en 1818. Malheureusement ce batiment conçu trop étroit, sera le démolit (photo ci dessous) pour laisser place à l'édifice que nous connaissons aujourd'hui.

 
Destruction de l'ancienne mairie
 

La mairie, des allures de petit KREMLIN

La mairie
La mairie - rue Jean Jaures

En 1894, la population d'Haspres dépasse les 3000 habitants. Le 8 avril 1894, Ernest Ildephonse Lestoille expose lors du conseil municipal : "que la mairie longtemps insuffisante et actuellement dans un état de vetusté tel qu'elle nécessite d'urgentes réparations. Il a pensé préférable de la reconstruire en y joignant un bureau de poste...."

Le 5 juillet 1895, Monsieur Dutouquet architecte à Valenciennes en présente les plans et devis pour un coût de 17 500 francs. Il obtient l'approbation du conseil. Il est à noter que 1895, est la date à laquelle fut signée l'alliance Franco - Russe. L'architecte probablement inspiré par cet évenement, a donc voulu créer un batiment original, rappelant par ses deux tours, celles du Kremlin.

Afin d'éviter le poid d'un nouvel impôt aux Haspriens, une demande de subvention est adréssée au conseil général du Nord.

 
Plan de reconstruction
 

La construction exécutée par l'entreprise Guelton débute en 1895, et se termine la même année. Le 1 juin 1896, le maire Charles Lamand inaugure le nouvel édifice. A cette occasion un grand festival regroupant toutes les sociétés de musiques, trompettes et chorales des arrondissements de Valenciennes et Cambrai est organisé.

La mairie
La mairie vers 1950

En 1973 débute la construction de nouveaux locaux à la place de l'enclos, destinés aux services sociaux. Cette construction nécessaire pour la commune ne se fit pas sans difficulté financière. Le cout de cette réalisation initialement prévue pour 40 millions d'anciens Francs s'élèvera après la revalorisation des marchés due à la crise économique à 45 millions d'anciens Francs. Aucune subvention ne fut versée, et il fallut payer à l'état près de 7 millions d'anciens Francs de TVA. Le financement des travaux se fit à l'aide d'un prêt de 20 millions d'anciens Francs au taux de 8,5% remboursable en 15 ans. Quant aux nouveaux locaux, il a été prévu outre le bureau du maire et des adjoints, le bureau du secrétaire, celui des employés, une pièce pour les documents cadastraux, une autre pour le service des vaccinations et des nourissons, une salle de réunions ainsi qu'un bureau pour les permanences sociales.

Borne géodésique de la mairie
Borne géodésique

L'inauguration des nouveaux locaux s'effectua un dimanche de février 1975 en présence de Monsieur Ansart député de la circonscription, les membres du conseil municipal, ainsi que les représentants des associations locales. Aux accents de la fanfare, le défilé emmené par une délégation du corps des sapeurs pompiers suivie des personnalités se rendit devant la mairie où il revint à Monsieur Ansart de couper le ruban tricolore barrant symboliquement l'entrée des nouveaux locaux avant de pénétrer à l'intérieur du batiment pour y procéder à la visite des bureaux. Après la visite, le cortège se reforma en direction de la salle des fêtes où Monsieur Ansart dit combien il était heureux d'avoir eu l'honneur d'inaugurer cette belle réalisation qui prouve les efforts de la municipalité pour le mieux être de ses concitoyens en dépit d'un budget bien faible.

Borne géodésique :

Dans le mur de la mairie (partie basse), on peut observer cette borne géodésique indiquant une altitude de 43 mètres. Ces bornes placées par les services de l'IGN, matérialisent autant de points dont on connaît précisément soit l'altitude, soit la longitude, la latitude, les coordonnées XY géographiques, etc ...

Les mayeurs d'Haspres

Avant tout commencons par quelques précisions sur les métiers exercés autours de la gestion du village.

Bailli du seigneur :
Personne qui rend la justice au nom d'un seigneur reignant sur la région (à Haspres c'est le prévôt).

Liste des baillis

1431 : Jacques de Ruielle 1511 : Philippe de Belleforière
1605 : Robert Lemaire de Précourt
1611 : Nicolas Bricoingne
1632 : Sébastien de Baillon
1644 : Augustin Messennes
1654 : D.Lestoille (sous bailly)
1677 : Marc Antoine Decarpentier
1704 - 1728 : Adrien Grenier
1753 : D Ranulphe Raulin, prévôt et bailly
1784 : Rouvry
1788 : Georges Dupire
1793 : Humbert Crespin

Echevin :
Personne membre du magistrat de la ville.

Mayeur :
Personne qui faisait autrefois office de maire.

Liste des mayeurs

1176 : Simon, Mayeur de Haspres (chirographe de 1176)
1184 : André
1197 : Pierre, Mayeur de Haspres (chirographe de 1197)
1575 : Jehan Mascault (son nom figure dans un cahier d'assiette)
1602 : Christophe Tacquet
1619 : Pierre Dhainaut
1621 : Pierre Denis, censier de Maulgré est sité dans un procés au sujet du territoire "le prêt au vivier"
1644 : Robert De Lestoille
1645 : Antoine de Montfort
1645 : Nicolas Tacquet
1684 : Adrien Vallet
1691 : Philibert Carrez, échevin en 1683
1699 : Jean Desvignes
1701 : idem
1716 : Guillaume Carrez
1719 : Jean Desvignes
1720 : idem
1726 : Nicolas Desvignes
xxxx : Nicolas Diseler, censier, maître chirurgien, ancien adjudant de cavalerie de Philippe IV, roi d'Espagne.
1739 - 1748 : Adrien Carrez
1740 : Neufeglise
1742 : Michek Lagrue
1777 : Jacques Diseler
1790 : Antoine Joseph Mercier

Histoire des maires d'Haspres

Révolution, première république et directoire :

C'est avec la révolution qu'apparait la mise en place des municipalités en France. Les citoyens sont désormais représentés par un conseil municipal élu avec à sa tête un Maire pour le présider. En 1789 on compte 44 000 municipalités, autant qu'il y a de paroisses.

Les premières élections municipales ont lieu en février 1790. Les maires sont élus au suffrage direct pour une durée de deux ans et rééligibles.

Le nom de Jean Joly Maire de la commune d'Haspres apparaît sur un certificat de résidence des religieux de la prévôté, daté du 12 mars 1791. Son fils Jean Philippe Joly, chef des gardes nationaux chargé de surveiller les religieux fera parler de lui aux dernières heures de la prévôté.

Occupation Autrichienne :

Pendant la période de l'occupation Autrichienne entre 1793 et 1794, les mayeurs, échevins et bailli de l'ancien régime retrouve leurs fonctions.

Le 23 mai 1793, le maire Jean Baptiste Bailleul, âgé de 53 ans est obligé de quitter la commune d'Haspres. Il se retire à Bouchain accompagné de sa femme (âgé de 62 ans) et de ses deux enfants (1 fils de 22 ans et une fille de 15). A la suite de cet évenement nous trouvons un dossier de subsistance dans la série L3396. Jean Baptiste Bailleul, réclame un secours proportionné à son état. Il demande que lui soit accordé les mêmes secours qu'aux officiers municipaux d'Orchies et autres communes, ce qui fera pour lui et sa famille 45 sols par jour, soit un total de 69 livres et 15 sols. L'avis du district de Valenciennes du 7 septembre 1793, indique : eu égard à l'âge avancé de l'exposant, déclarons que le mandat de 69 livres 15 sols, à lui accordé pour sa subsistance et celle de sa famille pendant le mois de juillet dernier pour lui être acquitté par le receveur de Douai, sans que l'exposant soit tenu de s'inscrire pour être employé aux travaux militaires.

En 1795 (An III de la république) : on trouve un dénommé Pierre Bailleul, maire d'Haspres.

Pierre Bailleul Maire d'Haspres

Consulat, Empire, Restauration :

Sous le consulat, le suffrage universel est supprimé. Le maire est nommé par le prefet dans les communes de moins de 5000 habitants, et par Bonaparte pour les autres communes. Le maire aura un adjoint pour l'épauler.

De 1794 à 1804 les actes d'état civil sont paraphés par Charles Raoûlt, maire d'Haspres.Raoult Maire d'Haspres

En 1805 Pierre Georges Joseph Lagrue adjoint de Monsieur Raoult, lui succède à la fonction de maire d'Haspres.

Pierre Joseph LAGRUE Maire d'Haspres

1813-1819 : Premier mandat d'Augustin Caullet, propriétaire de la Ferme de Fleury. Sa signature figure notamment sur le PV de réception définitive des travaux effectué à l'église.

En 1819 apparait le nom de Jacques Diselers, maire d'Haspres.

1826-1831 : Monsieur Lestoille.

1831-1849 : Augustin Caullet, lequel prête serment le 4 octobre 1840 après sa réélection "Jure fidélité au Roi des Français, obéïssance à la charte constitutionnelle, et aux lois du royaume". Ses adjoints sont Messieurs Mollet et Ledieu.
Augustin CAULLET

La monarchie de juillet 1848 :

Guizot, le ministre de Louis Philippe, était très impopulaire. Il lui était reproché de faire pression sur les électeurs pour qu'ils élisent les candidats favorables au gouvernement et surtout de ne pas entreprendre la réforme électorale, qui aurait donné le droit de vote à un plus grand nombre de citoyens.

Le premier maire de la seconde république est Charles Lestoille, brasseur. Son mandat est de courte durée. En effet le 7 juin 1850 le conseil se réunit sous la présidence de Jacques Diselers (maire par intérim), pour procéder à l'élection d'un nouveau maire en remplacement de Charles Lestoille démissionnaire.

Un nouveau scrutin est alors réalisé parmi les dix sept membres du conseil municipal.

Jacques Diselers l'emporte au premier tour avec 16 voix, contre 1 voix pour Charles Lestoille. Pierre Joseph Morelle est élu premier adjoint de la commune.

Jacques Diselers Maire d'Haspres

1851 : Pierre Joseph Morelle, maire par intérim
Pierre Joseph MORELLE

1853-1862 : Domitien Morelle
Extrait du PV d'installation du maire d'Haspres du 10 Aout 1860 : Domitien Joseph François, Maire; Louis Augustin Laurent, 1° Adjoint; Hugues Ambroise Mercie, 2nd Adjoint.
Domitien MORELLE

1862-1867 : François Stanislas Joseph Lestoille.

En 1867, on retrouve Auguste Caullet fils. Celui ci siegera en tant que maire d'Haspres pendant 17 ans. Auguste Caullet, agriculteur et industriel à la ferme de Fleury sera conseiller général.

A partir de 1871, les maires sont élus par le conseil municipal tous les 6 ans. Toutefois pour les grandes villes, le maire reste nommé par le Prefet. Ce n'est qu'en 1882 qu'est votée une loi régissant l'élection du maire par le conseil municipal, quelque soit l'importance de la commune.

En 1876, Auguste Caullet est une nouvelle fois élu avec 19 voix ! Henri Cossiaux est nommé 1° Adjoint, Pierre Ambroise Mercier, 2nd Adjoint.

Les membres du conseil municipal sont : 1 - Henri Cossiaux, 2 - Ambroise Mercier, 3 - César Mériaux, 4 - Leopold Mercier, 5 - Henri Morelle, 6 - Désiré Breucq, 7 - Charles Jacquemart, 8 - Marc Bricout, 9 - François Mollet, 10 - Henri Béra, 11 - Henri Bailleul, 12 - Hugues Bricout, 13 - Rémy Buisset, 14 - Augustin Laurent, 15 - Laurent Cacheux, 16 - Charles Goutière, 17 - François Morelle, 18 - Hary Brouta.

1884 : la grande charte républicaine de la liberté municipale

Cette charte communale dont de nombreuses dispositions sont encore en vigueur aujourd'hui, stipule que le maire est élu par les conseillers municipaux, eux même élus au suffrage universel.

Il faut donc procéder au renouvellement intégral des conseillers municipaux. Jules Caullet le fils d'Auguste, se présente en tête de liste. Le 18 mai 1884 a lieu l'élection du maire.

Les membres du conseil municipal élus les 4 et 11 mai sont : Lestoille Charles, Lestoille Canonne, Breucq Apollinaire, Laurent Charles (père), Mollez François, Payen Jacqmart, Morelle Alphonse, Boucly Bailleul, Morelle Cossiaux, Jacqmart Charles, Dhaussy Simeon, Brouta Dupuis, Boucly Morelle, Lestoille Charles, Charlet Pamart, Mercier Leoplod, Caullet César, Dhaussy Jacques Louis, Bricout Domitien, Joly Charles, Cossart Napoléon.

Elections de 1884

Ernest Lestoille est élu maire au premier tour de scrutin, Monsieur Morelle Cossiaux est élu adjoint et Monsieur Boucly Morelle François deuxième adjoint.

Ernest Lestoille siegera jusqu'en 1894.

En 1894 Charles Lamand est proclamé maire au bénéfice de l'age devant Charles Laurent. Napoléon Cossart est élu premier adjoint et Jean Baptiste Morelle Brassart second adjoint.

1900-1904 : (scrutin du 20 mai) Ernest Lestoille est réelu pour un second mandat, Hector Cossart est élu premier adjoint et Léon Mercier seconde adjoint.

Le conseil municipal est ainsi composé : Charles Derôme, François Cacheux, Léon Brouta, Edmond Fournet, Charles Marchand, Armand Lamand, Jean Baptiste Marouzé, Vérrin Pottiez, Léon Marguerin, César Caullet, Jules Boucly, Charles Lestoille, Rémi Bourgeois, Cacheux Chevalier, Désiré Grière, Jean Baptiste Galois, François Mercier et Georges Lagrue.

1904-1908 : (scrutin du 15 mai) Ernest Lestoille est réélu maire, Hector Cossart premier adjoint et Léon Mercier deuxième adjoint.

Le conseil municipal est ainsi composé : Léon Brouta, Edmond Fournet, Rémi Bourgeois, Jacques Louis Boucly, César Béra, Charles Derôme, Mercier Dubois, Georges Lagrue, Verrin Pottiez, Armand Lamand, Edmond Taisne, Cacheux Chevalier, Léon Merguerrin, Lucien Roland, Charles Marchand, César Princelle, Jean Baptiste Marouzé, Numa Carlier.

1908-1912 : (scrutin du 17 mai) Ernest Lestoille est réélu maire, Léon Mercier premier adjoint, Georges Lagrue second adjoint.

Quelques mots sur Monsieur Ernest Lestoille. Il est né en 1851, cultivateur, il possède l'une des fermes les plus importante du village. Durant la première guerre mondiale il sera un témoin de l'occupation allemande en notant scrupuleusement les événements de l'année 1916 dans un journal intitulé mémoire.

Le conseil municipal est ainsi composé : Verrin Pottiez, Rémi Bourgeois, Jean Baptiste Marouzé, Edmond Taisne, Hector Cossart, Edmond Fournet, Mercier Dubois, César Princelle, César Caullet, Lucien Rolland, Charles Lestoille, Charles Marchand, Cacheux Chevalier, Numa Carlier, Domitien Morelle, Aimé Gosse, Jean Baptiste Galois, Taisne Pottiez.

1912-1945 : Jean Baptiste Marouzé est élu pour un mandat de trente trois ans, avec deux guerres à gérer ! Il est né le 20 janvier 1868 à Haspres, fils de Jean Baptiste et Charlotte Coquelet. Il exerce la profession de marchand tailleur à Haspres. Au début de la première guerre mondiale, il est maintenu au service auxiliaire. il est affecté le 17 mars 1915 comme tailleur au 28° régiment de dragon. Dévoué et au service des autres, il a été délégué du bureau de bienfaisance en 1904 et president en 1915. Il occupa également le poste de conseiller municipal sous Ernest Lestoille avant d'être élu. Sont élus premier et deuxième adjoint Messieurs Mercier Dubois et Jean Baptiste Galois.
Jean Baptiste MAROUZE

Haspres et son histoire

Le conseil municipal de 1912 (scrutin des 5 et 12 mai) est ainsi composé : Vérrin Pottiez, César Caullet, César Princelle, Edmond Dupas, Numa Carlier, Evrard Mériaux, Ernest Lestoille, Mercier Langrand, Lucien Roland, Charles Decornet, Emile Banse, François Vérin, Georges Lagrue, Domitien Morelle, Charles Lestoille, Léon Caullet, Cacheux Chevalier, Emile Dhaussy.

Le conseil municipal de 1919 (scrutin du 6 décembre) est ainsi composé : Charles Decornet, Henri Morelle, Edmond Dupas, Noël Bourgeois, Armand Béra, Georges Lagrue, Henri Chatelain, François Vérin, Léon Brouta, Henri Andegond, Jules Decornet, Léon Coleau, Louis Boutroille, Henri Hisbergues, Edouard Renaut, Emile Moreau, Charles Béra, Numa Gillot.

Le conseil municipal de 1925 (scrutin des 3 et 10 mai) est ainsi composé : Jules Decornet, Armand Béra, Henri Morelle, Charles Emile Moreau, Jean Mériaux, Henri Audegond, Henri Hisbergues, Charles Béra, Louis Boutrouille, Léon Coleau, César Princelle, Louis Mollet, Charles Caudron, Lucien Mériaux, Charles Gilleron, Charles Duquesne, Ferdinand Dhaussy, Edouard Renaut.

Le conseil municipal de 1929 (scrutin du 19 mai) est ainsi composé : Louis Mollet, Armand Béra, Henri Pruvot, César Béra, Jules Decornet, Henri Chatelain, Henri Audegond, Emile Moreau, Henri Hisbergues, Lucien Mériaux, Léon Coleau, Georges Lagrue, Léon Flahaut, Charles Duquesne, Joseph Béra, Charles Taisne, François Vérin, Charles Caudron.

Le conseil municipal de 1935 (scrutin du 12 mai) est ainsi composé : Henri Forget, Louis Delfosse, Ernest Mutte, Fernand Coleau, Armand Béra, Louis Mollet, Henri Hisbergues, Léon Flahaut, Charles Caudron, Joseph Béra, Jules Lamand, Léon Coleau, Henri Audegond, Emile Moreau, Henri Wattremez, César Princelle, Lucien Mériaux, Henri Chatelain.

La seconde guerre mondiale :

Le régime de Vichy modifie par la loi du 16 novembre 1940 la législation municipale. Les prefets recoivent la charge de désigner les maires et les membres du conseil municipal des communes de plus de 2 000 habitants. Le conseil municipal doit à présent compter dans ses rangs un père de famille nombreuse ainsi qu'un représentant des groupements professionnels des oeuvres privées d'assistance et bienfaisance nationales.

En novembre 1944, un arrêté de la prefecture dissous le conseil municipal et instaure une délégation municipale composée d'un président : Henri Forget et des membres : Louis Delfosse, Ernest Mutte, Fernand Coleau, Jules Lamand, Evrard Morelle, François Boucly, Georges Lemoine, César Princelle, Charles Fievet, Armand Mériaux, Robert Devemy, Léonard Denoyelle, François Colin, Alexandre Leduc.

Réelection d'Henri Forget au poste de Maire en 1953
1953 - H.Forget est réelu

1945-1976 : Le 19 mai 1945, Henri Forget est élu maire, il fera un mandat de 26 années, ce qui semble affaire courante à Haspres.

Le conseil municipal de 1945 est ainsi composé : Charles Fievet, Lucien Meriaux, Ernest Gaudry, François Boucly, Ferdinant Lepan, Fernand Coleau, César Princelle, Charles Coleau, Emile Moreau, Marthe Caille, Robert Devemy, Louis Delfosse, Armand Meriaux, Gérard Parture, Louis Lamotte, Damasse Sautières, Charles Lemoine.

1976-1989 : Monsieur Lucien Busin

1989-2001 : Monsieur André Dagniaux

2001-2008 : Monsieur Francis Stievenard, premier mandat

2008-20XX : Monsieur Francis Stievenard, second mandat

 
Haspres - Genealegrand
© 2015 - Olivier LEGRAND