Etablissements BERA
 

Outre le métier de mulquinier, Haspres fut jusqu'au début des années 1980 une grande cité du tissage. En 1895, la revue diplomatique, titre : A Haspres, neuf nouvelles entreprises de tissage se sont fondées, occupant 600 ouvriers. On relève à Haspres dans le bottin du commerce de 1884 : la fabrique de mouchoirs Charles Laurent, les Fabriques de toiles et mouchoirs de batistes CACHEUX, ainsi que la maison Simmonot Godard. Les noms des industriels COSSART et BERA viendront s'ajouter au début du XX° Siècle.

Cet article est consacré à l'entreprise fondée en 1895 par César Béra. Les ateliers Béra vont confectionner pour les plus grandes marques Francelin, Francetiss, Infroisouple, Mahousse, 1.2.3 Sommeil. Pendant la seconde guerre mondiale l'entreprise fabriquera des toiles d'avion, de voile de parachute, de ballon dirigeable pour la défense nationale.

 

A découvrir également :

Bulle Evrard Morelle
Bulle Les mulquiniers
Bulle Le tissage
Bulle Georges et Fernand Herbin
Bulle André Cossart
Bulle La maison Simonnot Godard
Bulle Syndicat fabricant de batiste
Bulle E.H.P.A.D

 
Les usines BERA

Généalogie BERA :

Déjà au XVII° Siècle, un Béra tisse le lin à Haspres, dans l'atmosphère humide de sa cave.

01 - Nicolas BERA
- n° de sosa 936 dans ma généalogie
- Epouse Catherine Flahaut

02 - Nicolas BERA
- né 09/07/1718 à Haspres n° de sosa 468 dans ma généalogie
- Charpentier
- Epouse Marie Alexandrine Betry
- Décède à Haspres le 17/09/1767

03 - Jean Baptiste BERA
- né à Haspres le 28/10/1752 à Haspres, n° de sosa 234 dans ma généalogie
- Mulquinier
- Epouse Rosalie Joseph Debève
- De nos documentations nous extrayons également un acte de vente passé le 16 avril 1795
- Décède à Haspres le 24/06/1832

04 - Xavier BERA
- François Xavier Joseph Béra est né à Haspres le 02/12/1785
- Mulquinier
- Epouse le 02/05/1809 à Haspres Julie Eugénie Lefebvre
- Décède à Haspres le 13/03/1855

05 - Henri Joseph BERA
- Henri Joseph Béra est né à Haspres le 03/04/1822
- Facteur de fabrique
- Epouse à Haspres le 23/06/1846 Anne Marguerite Meriaux, ménagère
- Décède à Haspres le 22/05/1889

06 - Charles Joseph César BERA
- Charles César Béra est né à Haspres le 15/01/1864
- Il épouse le 19/02/1898, Emilie Richard née en 1869 à Maretz.
- Le recensement de 1906, nous apprend qu'ils habitent rue Tacquet à Haspres.
- Il est le fondateur des établissements Béra à Haspres et à Noyelles sur Selle
- Il décède le 25/03/1946

CESAR BERA

07 - Jean BERA
- Jean Béra est né à Haspres le 22/09/1899.
- Il épouse le 24/010/1927 Jeanne Bruyelles, ils ont deux enfants Jean et Lily
- Il décède en 1969

Historique :

A la fin du XIX° siècle avec l'arrivée de la mécanisation, l'activité du tissage prospère. En 1895, César Béra lance son entreprise sous forme d'organisation de tissage à domicile.

En 1897, une sévère crise industrielle touche les tissages, comme en témoigne la délibération du conseil municipal du 23 aout :

"Monsieur Charles Lamand Maire expose qu'une crise industrielle sévis en ce moment d'une façon inquiétante sur la France entière et principalement sur la région du Nord, que cette crise s'aggrave par le vote du bill Max Kinley qui porte les droits d'entrée sur les tissus et divers autres articles à 57%.

Des désastres sont à prévoir, ils se traduiront par des diminutions d'heures de travail et de salaires et enfin par la fermeture de nombreux ateliers. Par suite la classe ouvrière est à la veille de tomber dans une misère profonde."

Le Maire et le conseil, face à une telle situation réagissent immédiatement auprès des pouvoirs publics.

1900, un nouveau siècle commence. Hélas la situation n'est guère réjouissante. Devant la baisse des prix portés au tarif minimum et la chute des salaires, les ouvriers tisseurs d'Haspres se réunissent le 27 janvier 1900 pour parlementer avec MM. Bricout Mollet et fils fabricants de batistes et toiles fines à Cambrai. Ils réclament au patronat de revenir sur la décision de réduction de salaires. Ils prennent ensuite l'engagement formel de ne pas travailler en dessous des prix et de se solidariser s'il le faut en proclamant la grève.

En 1906 il l'enrichi son activité d'un tissage mécanique qu'il installe rue Taquet (rue Faidherbe). C'est l'une des premiers tissages mécaniques du Cambrésis. Le succès de l'entreprise l'amène à s'étendre, jusqu'à occuper deux pâtés de maisons.

Durant la première guerre mondiale, les ateliers sont endommagés par les bombardements. La production reprend en 1919.

Pendant la période 1919 - 1939, l'entreprise commerce avec les grands magasins Parisiens : Bon marché, Galeries Lafayette, Samaritaine, Printemps, etc... L'activité se développe avec l'apparition de la V.P.C pour les magasins coopératifs, Manufrance, la Redoute, etc... Les marques Francelin et Francetiss sont alors déposées.

En 1925 un atelier de confection est créé à Haspres.

En 1929 l'entreprise BERA installe en aval de la Selle, à Noyelles un atelier de blanchiment et de teinturerie, ainsi qu'un atelier d'impression.

 
Tissage Béra
 
Tissage Béra
 
Tissage Béra
 

En 1936 l'entreprise BERA se développe et acquiert des ateliers à Maretz (Nord).

Pendant la seconde guerre mondiale, les entreprises BERA acquièrent l'usine de Chomérac (Ardèche), spécialisée dans la fabrique de toile d'avion et de parachute. Celle-ci fermera ses portes au milieu des années 1950.

 
Haspres et son histoire
 

Le 25 mars 1946, César BERA décède dans sa 83eme année, Jean BERA reprend l'affaire familiale.

 
Tissage Béra
 

En 1947, l'entreprise Béra est à la pointe de l'innovation en déposant la marque Infroisouple (tissu infroissable).

En 1952, l'entreprise participe à la réalisation du canot de survie d'Alain Bombard.

Remise de récompenses : En 1962 à l'établissement thermal de Saint Amand les eaux, un banquet réuni les médaillés du travail des établissements BERA d'Haspres et de Noyelles. Cette cérémonie réunie de nombreuses personnalités : M. VOCHEL sous préfet, M. DUCHATEAU maire de Denain, M. FORGET maire d'Haspres, M. MAISON maire de Noyelles, M. REVERSEZ inspecteur du travail. Avant de procéder à la remise des distinctions, M. BERA remercie les personnalités présentes. Il débute son discours par une citation de Michelet : "Pour faire de grandes choses, il ne faut pas être au dessus des hommes; il faut être avec eux." Il fait part ensuite de sa fierté trouvée parmi les humbles et dévoués compagnons de travail qui pour la plupart sont à l'usine de longue date. M. BERA présente son fils comme son digne successeur et demande a ses employés de lui faire confiance. Il termine en les invitant à venir retirer leurs médailles et diplômes. A cette occasion mon arrière Grand Père Jules DECORNET reçoit la médaille de Vermeil, la médaille d'Or, ainsi que la grande médaille d'Or pour 55 ans de Présence. Ma grande tante Marie DECORNET reçoit la médaille d'argent pour 25 années de présence.

Les établissements Bera à Haspres

En 1969, Jean Béra père décède, Jean Béra fils lui succède à la tête de la société. C'est le lancement de l'impression cadre rotatif, spécialité de l'entreprise.

 
Tissage Béra
 

En 1978, implantation d'un nouvel atelier de confection à Noyelles sur 3500 m2.

En 1981, Jean Béra devient président de la chambre de commerce et d'industrie de Valenciennes.

En 1986, l'entreprise imprime en un temps record, le supplément évènement en tissu du journal Libération.

En 1988, les établissement BERA intègre le groupe italien Zucchi-Bassetti, leader européen du linge de maison. Les ateliers de blanchiment et teinture sont entièrement automatisés. L'atelier d'ennoblissement traite une production annuelle de 3500 tonnes, composée essentiellement de coton et mélanges avec synthétiques. L'opération d'ennoblissement consiste à traiter le tissu pour lui donner des qualités de couleur, toucher, résistance, etc... L'opération d'ennoblissement nécessite beaucoup d'eau, soit environ 200.000 mètres cubes d'eau puisée directement dans la Selle.

 
Tissage Béra
 

Les conditions d'extensions n'étant pas réunies à Haspres, doucement mais surement, l'activité glisse vers le site de Noyelles sur Selle. En 1991, l'entreprise abandonne définitivement son fief natal.

La marque MAHOUSSE de drap housse, plus enveloppant et adapté à une literie contemporaine est déposée en 1994. Puis en 1995, la marque de grande distribution 1.2.3 Sommeil est déposée.

Jusqu'alors l'épuration des eaux usées étaient confiée à la station d'épuration de la commune de Douchy les Mines. En 1994, un partenariat est conclu avec l'agence de l'eau. En 1996, est inaugurée la station d'épuration autonome.

En 2000, une page d'histoire se tourne, les grues et pelleteuses réduisent en tas de gravas un petit coin du village, là ou femmes et hommes tissèrent leurs propres vies. Les anciens du quartier ont le coeur noué par l'émotion. Le tissage BERA disparait, décor de leur vie. Le site, en friche depuis dix ans, racheté par la commune aux propriétaires Italien, change de destin. Industriel, le lieu accroché aux rives de la selle, devrait accueillir une maison pour personne âgée ainsi que des maisons individuelles.

La friche des usines BERA

Les locaux représentaient une surface de 8 645 mètres carré : ils furent mis en vente sans grand succès. Le vendeur demandait beaucoup d'argent. Avec le temps le site se dégrada et au fil des années, une idée s'imposa pour la commune d'Haspres : le rachat du site pour concrétiser un projet étudié avec l'appui de la DDE. Le maire de l'époque Monsieur André DAGNIAUX, réussi à faire baisser la facture. Appuyée dans ses projets par les études de la DDE, la commune a monté un dossier de subventions pour financer les travaux de démolition. Le marché a été décroché pour 1 MF. Avec les subventions de l'Europe, de l'état et de la région, la charge de la commune se trouve réduite à 200 000 Francs. Au total c'est donc un site de plus de 86 ares qui aura été remis à plat. La réutilisation à vocation artisanale ou industrielle n'était pas envisageable, aussi c'est une solution urbaine que la commune a retenue.

Fermeture définitive : En 2005, quelques jours avant Noël, les 165 salariés de l'entreprise Béra de Noyelles apprennent que Zucchi a décidé de fermer leur site de production.

A ce jour, la friche industrielle laissée à l'abandon n'a toujours pas trouvée de vocation.

Depuis septembre 2012, un E.H.P.A.D a pris possession du lieux.



Haspres - Genealegrand
© 2016 - Olivier LEGRAND